Rose Red - Blog ésotérique Samhain Sabbath

Rose Red, appelé aussi "Stephen King's Rose Red", est une mini-série, réalisée par Craig R. Baxley, et scénarisée par Stephen King.

John Rimbauer, un riche homme d'affaires, fait construire, en cadeau de mariage pour son épouseEllen, un manoir, qu'elle baptisera "Rose Red". Lorsque le couple emménage dans le manoir, la construction de ce dernier n'est pas achevée. Et elle ne le sera jamais.... Après leurs morts, Rose Red continuera de s'agrandir seule.
Joyce Reardon, une professeur de psychologie peu appréciée au sein de son université à cause de son penchant pour le paranormal, organise une expédition a Rose Red, pour laquelle elle éprouve une passion dévorante. Les phénomènes paranormaux étant stoppés dans le manoir depuis plusieurs années, elle pense Rose Red endormie. Elle reste persuadée qu'emmener des gens dotés de capacités surnaturelles, provoquera le réveil de la vieille demeure.
L'expédition aura lieu, et Rose Red accueillera ses invités...

Barre - Blog Ésotérique Samhain Sabbath

La maison, à l'origine, est d'abord inspirée de la Maison Winchester, située à San José, en Californie. La maison réputée pour être hantée par des esprits malveillants attirera l'attention de Stephen King. Il s'inspirera également du vécu de Sarah Winchester, épouse de William Wirt Winchester, fils d'Oliver Fischer Winchester (fondateur et président de la Winchester Repeating Arms Company) qui, de son vivant, passera son temps à agrandir sa demeure achetée sur les conseils que lui a donné un médium afin de préserver sa vie. Sarah avait fait appel à lui, pensant qu'une malédiction s'était abattue sur sa famille, car les membres de cette dernière mourraient les uns derrière les autres. Selon le médium, la maison devait être achetée et agrandie afin d'acceuillir tout ces esprits défunts, ceux tués par le biais de la fameuse carabine Winchester. Tant que la maison sera en travaux et s'agrandira, Sarah vivra. Les travaux de la maison se sont bien évidemment arrêtés à la mort de Sarah, en 1922.

Stephen King, prolongera la vie de la demeure et participera à l'histoire telle qu'on la connait dans Rose Red, en lui donnant cette capacité de s'agrandir seule, sans qu'aucun changements ne soient visibles de l'extérieur.

la Maison Winchester - Blog ésotérique Samhain Sabbath

La maison Winchster - Blog ésotérique Samhain Sabbath
(La Maison Winchester - Auteur des photos inconnu)

Beaucoup de gens pensent que Stephen King s'est inspiré du livre "Le Journal de Ellen Rimbauer, Ma Vie à Rose Red", en réalité, ce livre et le téléfilm sont un seul et même projet. Ce livre a été écrit deux ans avant la sortie du téléfilm. Il a été demandé par les producteurs à Ridley Pearson. Le livre devait se nommer "Le Journal de Ellen Rimbauer, Ma Vie à Rose Red", il devait être écrit sous le pseudonyme du Dr Joyce Reardon, et raconter la construction du manoir, commencée dans les années 1900, ainsi que la vie d'Ellen, sous forme de journal intime. 
L'idée de faire passer cette histoire pour authentique vient de Stephen King lui même. Il ira jusqu'à laisser supposer qu'il est l'auteur du livre en faisant apparaître une préface, dans laquelle il est écrit que ce journal a été trouvé par un célèbre auteur originaire du Maine. Un faux site web est également construit sur l'université où enseignerait le professeur Reardon. Les gens sont alors convaincus qu'Ellen Rimbauer a bien existé, et que le Dr Joyce Reardon existe bel et bien elle aussi. Durant des mois, des mails seront adressés à Joyce Reardon. 

Un joli piège, fort sympathique, tendu par Stephen King ainsi que par ceux travaillant sur le projet, mêlant réalité et fiction, et dans lequel beaucoup ont pris plaisir à tomber.

J'ai moi même un exemplaire du livre (forcément !), les critiques sur cet ouvrage sont excellentes.

Le téléfilm, que j'ai également en DVD, est une vraie merveille. Rose Red est d'une beauté glaçante particulièrement remarquable, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. Une maison au sujet de laquelle vous vous dites "je veux habiter là.... mais non", dans laquelle on voudrait entrer en se contentant de rester à la porte.
Les acteurs sont tous excellents, sans exception. Nancy Travis, une actrice que j'aime beaucoup, offre une Joyce Reardon aussi sympathique qu'inquiétante, dévorée par sa passion pour Rose Red, jusqu'à en devenir folle. Vous pouvez également apercevoir ce cher Stephen King, en livreur de pizza pas très futé, à qui on claque même la porte au nez, ce que vous en conviendrez, vous et moi ne ferions pas. Ceci étant dit, les chances que Le Maître incontesté de la fiction tape à notre porte afin de livrer une pizza avec un air benêt, sont relativement minces, voire inexistantes.

J'ai véritablement aimé cette façon de démontrer qu'une passion, anodine et au final assez saine, peu devenir dévorante et vous conduire au pire, si dès le départ, vous n'avez pas un encrage, une stabilité émotionnelle, un certain équilibre dans votre esprit et votre vie. La passion finit par dominer et vous n'avez plus de place dans votre propre tête, vous finissez par disparaître derrière elle.
Ce film traite en second plan et assez subtilement le thème du rejet. Il est mit en scène par le biais de la vie d'une famille américaine de classe moyenne, ayant en son sein une jeune enfant handicapée mentale. Le refus d'accepter et l'incompréhension du père, une forme d'abandon, de résignation d'une mère trop épuisée, et l'amour inconditionnel et le soutient d'une soeur, qui porte trop sur ses épaules mais fait face sans jamais se plaindre.
Et enfin, les capacités psychiques, qu'on peut refuser soi même, ne pas bien connaître, ne pas bien maîtriser, en être la victime d'une certaine façon, faute d'informations. La peur d'en parler, de passer pour un fou.

C'est un téléfilm que je vous conseille vivement, un soir, dans le noir...