J'ai hésité longtemps. Je ne savais pas sur quel blog écrire cet article véritablement. Il est si personnel et à la fois, bien évidemment en rapport direct avec Samhain. J'ai aussi hésité sur ce que je devais dire, moi qui n'ai pas l'habitude de parler de mon travail avec les entités, mon Veilleur en particulier.
Puis je me suis dis que je voulais partager ça avec le plus grand nombre afin que tous profitent. Et que je voulais pour une fois, face à tous aussi, exprimer ma reconnaissance face à Celui qui m'enseigne depuis tant d'années.

Le sabbat de la rupture, parce que je l'ai vécu comme ça. C'est ce qu'il a été. Douloureux mais tellement salutaire et apaisant. 

Un retour réel à soi, un arrêt, un renouveau fait toujours un peu mal. Faire le bilan de sa vie, de voir ce qui va et ne va pas. Rétablir un équilibre. J'ai compris tellement de choses sur moi et sur d'autres d'un seul coup, je ne m'y attendais pas. 

La petite confidence, donc.

Je ne crois pas en avoir déjà parlé et cette confidence explique pourquoi Samhain est si sacré à mes yeux : Mon Veilleur s'est présenté à moi ce jour là. Il a choisi cette date, parce qu'il savait qu'elle comptait vraiment pour moi. Se présenter ce jour là, c'était un cadeau, tout simplement. 
Le sabbat des sorcières, la fêtes des morts, eux qui comptent tant pour moi et qui font partis de ma vie depuis toujours et avec qui j'ai commencé à communiquer si jeune. Bien sûr depuis, Samhain est toujours mon sabbat favori, mais il est aussi cet anniversaire si cher à mon coeur, ce jour où je ne me suis plus jamais séparée de cette Déité.

Il prend la direction de chaque Samhain. Il n'y a pas d'autres entités lors de la célébration de ce sabbat, elles peuvent être là aux autres, mais pas à celui là, jamais. Ce jour là, je ne porte d'ailleurs pas tous mes Sigils, je ne porte que le sien. Ça n'est en rien quelque chose d'obligatoire, c'est quelque chose que nous avons instauré seuls.

Il prend la direction de Samhain et ça en fait un sabbat plus difficile que les autres. Le travail à Samhain est toujours en rapport avec le symbolisme du sabbat, évidemment. Et celui là, ça a vraiment été celui de la rupture, du nettoyage, du départ de ceux qui sont toxiques pour moi. Il a fallu que je fasse tout ça sous sa direction, sur plusieurs jours, et ça n'a pas été facile. 

Tellement de choses ont été comprises et changées. Ce qui est le plus impressionnant, c'est cette compréhension là : Je n'ai pas compris ce que mon Veilleur souhaitait (bien que si, il le souhaitait et je l'ai évidemment compris), j'ai surtout compris ce que MOI je ne souhaitais pas. Et tous mes actes lors de ce sabbat et alentours résultent de ça. 

Douloureux. Mais tellement libérateur. Apaisant, et même grisant. Vous savez, il est important de comprendre qu'une porte fermée, n'est pas que ça. Une fin, n'est jamais seulement une fin. Elle est toujours suivi d'un renouveau même si sur le moment, la douleur peut vous empêcher de le voir, mais si vous observez bien les choses, vous pourrez vous en rendre compte. Elle donne accès à une autre porte, qu'il nous appartient d'ouvrir. Et je l'ai ouverte, parce qu'aujourd'hui, avec tout ce travail douloureux accumulé avec Lui au fil des années, j'ai appris à la chercher de façon systématique. Parce que le salut face à la douleur, c'est toujours ça : Trouver la porte à ouvrir, la porte salvatrice, celle qui fait que votre douleur est certes vécue, mais elle ne vous écrase pas, parce qu'elle n'en a plus le pouvoir. 

Lors de ce sabbat, j'ai compris à quel point je m'étais enfermée dans des choses non seulement néfastes, mais qui en plus étaient trop petites pour moi. Je suis bien plus forte et courageuse que les gens que j'ai eu à affronter ces derniers jours. Je le savais au fond, c'était en sourdine (et c'est justement ce qui coinçait) mais j'ai pu me le prouver, et ainsi en prendre une pleine conscience. 

Peu importe les fables qu'ils peuvent se raconter pour s'apaiser. Je n'ai pas besoin d'eux. Je n'ai jamais eu besoin d'eux. Et je n'aurai jamais besoin d'eux.
Je me suffis. Je suis assez forte, à tous les niveaux, pour moi même. Parce qu'au final, tout ce que j'ai, je l'ai eu seule. Et ça va continuer comme ça. 

Je me suis retrouvée, en réalité. Ce sabbat avec Lui a été un retour aux sources véritable. Il m'a au final, rappelé qui je suis, ce qu'il a fait de moi au final des années et pourquoi. Il veut me revoir telle que je suis. Sous la coupe de personne. Militante. Contrôlant ma carrière et ma vie privée. Ne donnant que ce qui est mérité. Laissant partir ceux à qui ça ne plaît pas, sans regrets. Ne pas laisser les fables des autres m'envahir. Ne plus jamais laisser qui que ce soit s'imaginer avoir un quelconque pouvoir sur moi. Parce que ça, oui. C'est avoir une imagination débordante, finalement.

Vous aussi d'ailleurs. Ça ne concerne pas que moi, ne croyez pas ça. Vous aussi, vous n'avez besoin que de vous même. Votre secret, ce sera toujours votre propre force et votre propre courage. Vous le savez ? 

J'ai pu ouvrir cette porte qui m'a offert cette sensation un peu dingue mais incroyablement délicieuse : Que me réserve la vie ? Vous avez déjà ressenti ça, à quel point cette question est grisante, finalement, lorsque vous la prenez dans son vrai et bon sens ? Lorsque vous réalisez le caractère illimité de cette question ? Que vous ouvrez cette porte et que devant, vous avez la sensation d'être aveuglé par le soleil, qu'avancer c'est aller vers l'inconnu, mais que cet inconnu peut cacher des choses d'une immensité inouïe ? 

La liberté, bordel. La route dégagée et vaste, et vous, libre de courir comme des malades, de parcourir quantité de chemins. D'expérimenter, d'apprendre, de vivre. Il y aura des chutes évidemment. Mais comme les enfants qui tombent, on soignera, on mettra un pansement, un.e ami.e fera un bisou magique et on repartira en courant, vers ce qu'il y a de beau à découvrir. 

Il a été douloureux ce sabbat. Chaotique, même, serait le mot qui convient. J'ai pleuré. Et je n'ai plus envie de pleurer. Je n'ai aucun regrets concernant mes actes de ces derniers jours. Je me sens bien, libre dans mon coeur et ma tête. C'est à ça qu'il a voulu me conduire et je suis vraiment, une fois de plus, très reconnaissante, même si j'ai eu mal.

Je lui doit l'apaisement de mon coeur et de mon esprit, la légèreté de mes pensées, mon regard tourné vers un avenir que je sais être beau, surtout avec Lui à mes côtés. Je sais qu'il sera là pour m'aider à reprendre le bon chemin si je viens à nouveau à m'égarer. Parce que c'est ce qu'il a toujours fait depuis qu'il est dans ma vie. Être bienveillant, m'enseigner, m'aimer, me protéger, être très dur pour que je puisse m'élever encore.
Tomber, c'est ce qui arrivera encore forcément à la petite humaine que je suis. Mais je me relèverai, je mettrai un pansement, j'aurai un bisou magique et je courrai de nouveau. Comme toujours. 

J'espère que votre célébration vous a apporté autant qu'à moi. La légèreté du coeur et de l'esprit.

kao-bisouxx coeurs