Je sais que cet article, par avance, ne va pas plaire à beaucoup. Je ne l'écris pas pour être malveillante, mais pour rétablir quelque chose qui selon moi, est un vrai problème. Enfin, rétablir.... J'ai bien conscience que mon article ne va pas changer le pays tout entier, mais ma foi, en s'exprimant parfois, au moins d'autres se sentent moins seuls, car compris. Ce sera donc le principal pour moi. La petite goutte, l'océan, toussa.

Il est important d'avoir quelques définitions pour commencer. Ces définitions vont servir de bases tout le long de cet article. 

- La Laïcité : Séparation des religions et du gouververnement. Cette séparation engendre la neutralité de l'état, qui ne reconnaît aucune religion et ne participe pas à leurs fonctionnement, qu'il soit pécunier ou non.
Liberté de conscience et de manifestations des croyances dans le respect de l'ordre public.
Égalité pour tous devant la loi, quelles que soient les croyances ou religions.
Les croyants et les non croyants ont les mêmes droits.
Elle assure le droit d'avoir une religion, de ne pas en avoir, et même d'en changer. Personne ne peut être contraint de respecter des dogmes, et autres principes religieux.
La Laïcité n'est que la liberté d'avoir une opinion. Pas celle d'en imposer une. Le lien.

- Le Partage : Il a plusieurs sens. Ici, il est question de partager dans un sens positif, qui ne nuit pas. Posséder quelque chose avec une ou plusieurs personnes. Donner une part de quelque chose à quelqu'un. Ça peut donc être le partage d'opinion, de connaissances, de croyances également. Le partage peut certes diviser, car un partage d'opinions implique forcément que, parmi les gens qui la reçoivent, certains ne soient pas d'accord. Mais il n'est en aucun cas question d'imposer. La notion de partage voudrait donc que ceux qui ne sont pas d'accord puissent aussi le dire librement. Le Lien.

- Le Prosélytisme : Tout faire pour recruter des adeptes et imposer ses idées. Le Lien.

Lorsque j'ai écris sur le voile, je n'en avais pas parlé. Cependant, la laïcité, je trouve, semble être quelque chose qui : Soit n'est pas compris, soit ne veut pas être compris. Et j'opte, en toute objectivité, pour la seconde solution. Force est de reconnaître que la laïcité aujourd'hui, c'est un truc dont beaucoup se servent quand ça les arrangent, et surtout, de la façon dont ça les arrangent, car la plupart ne la respecte en rien. 

En lisant les définitions que j'ai donné plus haut, et qui sont de vraies définitions et non pas que les miennes, vous comprenez que la laïcité, ça n'existe pas. Tout simplement. En tout cas, pas en France. Ni ailleurs.
On ne peut pas prétendre être un pays laïque en hurlant à tout bout de champs que la France a des racines chrétiennes, ce qui est, de surcroît, totalement faux. Il suffit d'ouvrir des livres, de chercher. L'église s'est imposée sur le tard. Si la France est en majorité chrétienne aujourd'hui, ça n'a pu se produire que grâce à son forcing sanglant et meurtrier.

Le principe même de la laïcité interdit donc à tout personnage politique de faire preuve de prosélytisme. Hors, c'est bien ce que nous voyons au quotidien. L'église et l'état ne sont en aucun cas séparés. Nombreux sont les personnages politiques qui souhaitent imposer les crèches dans les mairies et autres endroits publics, tout en souhaitant interdire les prières de rue, le voile, les signes religieux divers mais portant leurs croix, invoquant pour ça, la laïcité. Hors la laïcité est quelque chose de clair : Séparation de l'état et du gouvernement, car celui-ci ne reconnaît aucune religion. Il y a donc réellement un problème. Ces personnages politique ne sont en aucun cas partisans de la laïcité, mais font bel et bien preuve de prosélytisme. Et je ne comprends pas que personne n'intervienne, au coeur du gouvernement, pour faire cesser ce comportement nocif, et souvent d'origine purement raciste.

Si vous le voulez bien, je vais donner mon avis. Bien entendu, je reste, comme à mon habitude, dans une notion de partage. J'écris mon avis ici, mais le contester est un droit que je respecte, admet et assume, dans le cas où il m'est adressé avec respect. Justement parce que je suis grandement pour la laïcité, le partage, mais certainement pas pour le prosélytisme. 
Vous avez donc le droit de me dire que vous n'êtes pas d'accord, et avez même celui de partir et de ne plus jamais me lire.

Je suis Luciferiste. Polythéiste également. Je ne reconnais pas les 3 grandes religions monothéistes et ne les aime pas. Je ne reconnais pas Jésus et les mérites qu'on lui accorde, pas plus qu'à tous les autres personnages des différents livres sacrés, et encore moins à ces Dieux uniques. 
Mon point de vue personnel est certes tranchant mais clair : Si aujourd'hui, en 2017, un homme venait, prétendait être le fils de Dieu, né d'une vierge, multipliant les pains, changeant l'eau en vin, marchant sur cette dernière, pouvant ressusciter.... On le collerait dans un asile après en avoir fait une bête de foire sur les réseaux sociaux.
La femme rationnelle que je suis, à du mal à comprendre qu'on puisse croire à ces faits défiant toutes lois, principes, règles scientifiques.
La Bible elle même contredit cette possibilité. Lisez la bien, et vous comprendrez de quoi je parle. Je ne vais pas faire un exposé et mâcher tout le travail, c'est mieux si ça vient de vous, de votre propre réfléxion, car ça engendre aussi, plus librement, le droit et la possibilité de ne pas partager mon avis. 

Cependant, je suis consciente de ne rien pouvoir imposer. A ce titre, même si, par exemple, je n'approuve pas le port du voile qui à mes yeux est une soumission de la femme et au sujet duquel la notion de consentement est fortement discutable puisque suggéré par une religion, je suis totalement opposée au fait de lui demander de le retirer, de lui faire retirer comme j'ai pu parfois le voir, si elle le refuse. Cette attitude me mets hors de moi, malgré mes croyances, opinions et convictions. J'ai mon avis, mais l'imposer n'est pas un droit que je possède. Si une femme me dit "je veux garder mon voile", je ne considère pas que nous aillons le droit de la forcer à le retirer, car ce serait, au final, agir de la même façon que ceux qui, potentiellement, la force à le porter. Un extrémisme n'est pas plus valable ni meilleur qu'un autre. 
Je pense, de plus, que c'est pour l'ensemble des croyances, porter gravement atteinte à la liberté individuelle. Porter un signe religieux sur soi ne porte atteinte à personne. Ça n'empêche pas de marcher dans la rue, de faire ses courses, de parler. Je porte moi même des Sigils d'entités, d'autres portent des croix, d'autres des étoiles de David.... C'est une liberté individuelle qui ne trouble en aucun cas l'ordre public. 
Les gens qui se sentent offensés par un voile ou un pentacle inversé ne sont que des gens qui ne supportent pas qu'on ne croit pas en les mêmes choses qu'eux. Des gens qui répondent aux notions erronées de bien et de mal véhiculées par les religions, mais qui en réalité, sont bien plus complexes et lourdes se sens que ce qu'ils racontent. Des gens qui, pardonnez moi, ne pensent pas seuls, mais par le biais de croyances inventées par d'autres dans un but de domination évidente et au sujet desquels nous n'avons pas la moindre réelle preuve.
Si vous les écoutez, vous vous rendrez compte que le discours est le suivant : "C'est pas ça la vérité", "c'est mal", "Dieu ne veut pas ça", "je crois que...". Du "moi je". Du nombrilisme. Une vérité inventée.

La vérité, cette chose qui n'existe pas. Tout n'est que notions, croyances, opinions, en fonction de soi, de ses perceptions qui sont influencées par bon nombres de facteurs. Je ne cherche pas à être méchante ni à offenser, je n'aime pas ça. Je suis simplement rationnelle. 

Je pense, en revanche, contrairement aux signes religieux que nous portons et qui je l'estime ne sont pas une atteinte, les manifestations religieuses dans la rue, quant à elles, ne devraient pas être tolérées. 
Séparation de la religion et de l'état. Liberté de croyances de tous. Ça inclus, à mes yeux, la liberté aussi pour ceux qui ne croient pas. Ne pas croire est un droit. 
Par conséquent, je suis opposée à l'installation des crèches, aux prières de rue et autres manifestations religieuses dans les lieux publics, hors ceux prévus à cet effet. 

Les Athées, ces oubliés. Les Païens aussi. Les deux ne sont pas bien aimés, d'ailleurs. Personne ne pense jamais à eux. On ne parle jamais d'eux dans les débats sur la religion. Ils ne sont même pas ne serait-ce qu'un exemple cité de temps en temps. Les religions prennent tant de place qu'elles sont partout, imposées à tous. Les athées et païens n'ont leur place nulle part dans notre pays, ils sont obligés de voir des crèches et autre manifestations que la laïcité interdit pourtant. Puisque la rue est à tous, elle devrait être un endroit neutre, puisque rien ne devrait être imposé, l'absence de manifestations religieuses telles que les crèches est donc de mise.
Il y a pour moi une grande différence entre un passant croisé avec sa croix autour du cou dont on ne se souviendra pas 30 secondes après l'avoir vu et qui de toute façon à tous les droits sur son propre corps, et l'installation d'une crèche, ou le fait de prier en plein milieu du trottoir. Les deux sont gênants. Une prière de rue empêche une circulation normale, elle est donc, clairement, un trouble à l'ordre publique. Une crèche est un clair signe de prosélytisme, l'église a décrété que Jésus était né un 25 décembre, a imposé sa loi et impose des crèches partout à la vue de tous. Il y a des gens qui croient à autre chose, voire à rien. Ils paient des impôts, l'état devrait protéger leurs libertés et imposer une neutralité dans ces lieux où ils ont leurs places. Rien n'empêche de rentrer dans une église, une mosquée pour célébrer et prier entres croyants, au contraire, c'est ça aussi la liberté de croyance. Mais hors de ces enceintes sacrées, hors du foyer, il doit y avoir de la place pour tout le monde, et tout le monde devrait pouvoir se sentir libre et respecté. Libre de croire ou non, de penser ce qu'il veut. La rue ne devrait pas être une zone d'influence. 

En tant que Luciferiste, partant du principe que tout le monde peut mener sa barque en se fichant du reste, je pourrais moi aussi aller faire mes petits rituels en pleine rue. J'installerais tout mon autel, avec mes Sigils d'entités chéries que j'affectionne tout particulièrement, mais qui ne font clairement pas l'unanimité. Lucifer, c'est pas le gros préféré de la foule, nous sommes d'accord. Je gênerais. On viendrait me dire que c'est mal. On me forcerait même à partir, de façon plus ou moins sympathique. Certainement moins que plus, d'ailleurs. 
Ce serait fait uniquement parce que mes croyances seraient gênantes. Parce qu'on estimerait que je n'ai pas à imposer ça. Et ce serait tout à fait juste. Mais dans ce cas, pourquoi l'accepter de d'autres ? En quoi c'est équitable, ou juste ? 

Imaginons un instant, un pays où toutes les manifestations religieuses sont autorisées dans la rue. Les crèches, les statues, les prières de rues, le féminin sacré qui se pose sur l'autoroute pour célébrer la pleine lune, pareil pour les sabbats, les luciferistes qui envahissent la rue aussi, les bouddhistes, et TOUS les autres. Et les bagarres que ça occasionnerait, immanquablement. Je suis respectueuse des croyances, mais j'irais quand même vivre dans une cahute, très très au fond des bois. Ça ne serait pas tenable.
Je pense vraiment que ça finirait mal, alors qu'il n'y a pas de raison valables pour que ça arrive et pour ça il y a une solution : Laissons la rue et lieux publics libres de croyances. Que l'état réhabilite cette neutralité. Que le gouvernement cesse d'acceuillir des partis politiques qui font clairement de leurs croyances personnelles un fer de lance. Qu'il interdise les discours clairement prosélytes parmi ses ministres et autres professionnels de la politique. Qu'il rende les rues et lieux publics aux gens, et ne les laissent plus aux religions.

Les croyances peuvent se partager, mais le prosélytisme doit être interdit. Une liberté qui en étouffe une autre n'est pas une liberté. C'est un manque de respect, c'est une intolérance, c'est un piétinement de l'autre. Et ça, la laïcité l'interdit, pourtant... Et malgré ça, tout est permis. 

Il ne faut pas confondre ça avec du racisme. Mais, force est de reconnaître que très souvent, les deux sont liés et ça se perçois très bien dans le discours.
Comprenez moi bien, je ne parle ici que de liberté de culte, de croyances, de pensées. Pour moi, nous ne sommes ni des blancs, ni des noirs, ni des arabes, ni rien d'autre. Sur la terre, il n'y a que des humains, point final. Des humains pas toujours intelligents : C'est uniquement là qu'est mon problème. Bien évidement, il m'arrive d'être une andouille, je ne suis pas parfaite. Tout ce que je veux, c'est vivre en paix avec tout le monde. Je n'ai pas la sensation que ce soit si idiot...

Je ne vous souhaiterais pas un joyeux noël, mais un joyeux Yule. Ça me correspond davantage, n'étant pas chrétienne. 

citrouille14