Puisque je parle en priorité des capacités liées à la médiumnité qui me sont propres, parce qu'il est toujours plus facile et rapide de parler de ce qu'on connaît vraiment, il est question aujourd'hui de la clairvoyance.

A mes début, à cause du mot en lui même, contenant le mot "voyance", je me suis demandé si ça avait un rapport avec la voyance et je l'ai même envisagé. En réalité, non. Bien que ce soit proche puisqu'il s'agit de voir, il ne s'agit cependant pas de voir la même chose.
La voyance, c'est voir les évènements dans le temps. La clairvoyance, c'est voir les énergies. Voir des entités. Voir aussi les énergies d'êtres encore en vie, lorsque vous voyez l'aura par exemple, c'est de la clairvoyance.

Comme pour la clairaudience, je vais vous expliquer comment ça s'est passé pour moi. Ne croyez surtout pas que je suis une surdouée des capacités liées à la médiumnité. Vous allez vous en apercevoir, pour le toucher je m'entraine, et pour le goût, je ne fais que savoir ce que c'est et je peux donc l'expliquer, mais ça s'arrête là. J'écris ces articles cependant, car je pense que le simple fait de savoir ce que c'est reste une bonne chose, c'est de la culture, et il s'agit ici de se connaître soi, ce qui n'est pas rien, tout simplement.
Mais d'un point de vue tout à fait réaliste, on ne peut pas tout avoir. Il n'est pas question pour moi de prétendre être LA médium de la mort qui tue, avec toutes les capacités possibles et imaginables. Je suis une médium pas parfaite qui travaille dur, rien de plus. Qui rame sévère pour le toucher, et sera, à tout jamais, une bille avec le goût. Avoir conscience de ce qu'on est et l'accepter est très important, dans tous les aspects de nos vies.

La première fois que ma clairvoyance s'est manifestée, j'étais très petite. C'était à l'époque où j'ai commencé les séances de spiritisme, avec l'accord de ma mère et mes tantes.
Je souffre de problèmes de sommeil depuis... Aussi loin que je me souvienne. Me réveiller chaque nuit est donc devenu normal pour moi. Je connais l'origine du problème, mais c'est quelque chose de difficile à affronter, même aujourd'hui. Je ne sais même pas si je pourrais régler ça un jour, les problèmes de sommeil me semblent plus supportables que ce qui hante mes nuits depuis que je suis enfant.

Je me suis donc réveillée, comme d'habitude. Je me suis assise dans mon lit et, la porte de ma chambre étant toujours ouverte, je l'ai vue passer, dans le couloir. Une femme, avec une grande chemise de nuit blanche, qui tenait un gros bol de lait dans ses mains. J'ai d'abord cru que c'était ma mère. Je l'ai appelée. Je l'ai appelée longtemps, d'ailleurs. Elle a fini par venir. Lorsque je lui ai demandé si c'était elle que je venais de voir passer avec un bol de lait dans les mains, elle m'a répondu que non, je venais de la réveiller avec mes appels répétés, que je devais avoir rêvé. Je me souviens avoir fait ce lien dans mon petit esprit d'enfant : Ma maman ne portait pas la chemise de nuit que je venais de voir sur la dame du couloir.
C'était ça, ma petite vie de médium. Nous parlions aux esprits on ne peut plus régulièrement, mais dès que je vivais quelque chose, il s'agissait de mon imagination. Je pense maintenant que vous devez comprendre pourquoi je me suis sentie si seule, et ai même du avancer seule, malgré une famille très ouverte sur la question. On accorde pas assez de crédit aux enfants. Ma mère est repartie se coucher. Et elle est revenue, cette femme. Cette fois-ci, elle est entrée dans ma chambre, l'a traversée, pour disparaître.
Je me souviens lui avoir demandé qui elle était, avoir ressenti de l'inquiétude pour elle. Elle avait l'air d'un robot qui accomplissait une tâche habituelle. Elle n'était pas méchante, ne me voulait pas de mal. Elle ne m'a pas répondu, ne s'est pas tournée vers moi, je n'étais pas là pour elle. Je n'ai d'ailleurs ressenti aucune peur face à elle. Juste.... un sentiment de tristesse.

Je l'ai vue assez bien. Elle, sa chemise de nuit blanche dont je percevais les motifs en dentelles, ce gros bol transparent et ses détails, le lait à l'intérieur. Elle avait de jolies mains fines et très féminines. Les cheveux bruns aux épaules. En revanche, je ne percevais pas son visage, c'est comme si elle n'en avait pas. Ne pas voir son visage n'a, selon moi, pas de rapport avec ma clairvoyance. Ça venait d'elle et ça voulait dire quelque chose en rapport avec sa vie, et porter ce bol de lait voulait dire quelque chose aussi. Elle accomplissait une tâche quotidienne. Effacée.

J'ai vu d'autres esprits, par la suite. Des ombres, des couleurs. Avec les années, ça s'est grandement estompé pour disparaître totalement. C'est à mettre, selon moi, en parallèle avec la peur que je me suis mise à éprouver. N'étant jamais accompagnée dans mon parcours de médium, je me suis mise à avoir différentes angoisses, et vivant des manifestations parfois violentes, des peurs réelles. Je pense qu'avec cette peur, j'ai fini, inconsciemment, par refuser de voir, jugeant ça préférable. Lorsque j'ai repris mon parcours ésotérique après une coupure de quelques années, et au sujet de laquelle je ne dirais rien dans l'immédiat, il m'a fallu refaire un travail d'acceptation. Non pas que de ma clairvoyance, mais de ma médiumnité au total. Refaire, car petite, et même un peu plus grande, j'acceptais ce que j'étais, puisque je n'avais pas peur.
Ce travail d'acceptation, qui a pris du temps, à permis que je sois de nouveau vraiment à l'écoute de mes sens sur le plan médiumnique. Et j'ai recommencé à voir, progressivement. Des contours, puis des formes plus claires, jusqu'à revoir les êtres dans leur entièreté, humains et d'autres espèces.

Les débuts de la clairvoyance ne sont pas forcément que des contours ou des éléments flous. La preuve en est, mon cas personnel, et je suis loin d'être unique.  J'ai vécu les deux. Je ne pense pas qu'il soit valable, concernant mes débuts, de mettre forcément en parallèle le fait que j'étais enfant, puisque voir aussi bien est arrivé aussi à des adultes. Les débuts avec une capacité, peu importe laquelle, peuvent être violents, entiers, et ce quelque soit votre âge, même si je ne peux nier, de toute évidence, une plus grande sensibilité des enfants, justement due à leur jeune âge.

Le paragraphe qui vient est une théorie personnelle.

Pour faire les choses dans l'ordre, selon moi, bien que je reconnaisse que ça ne soit pas simple à expliquer au monde entier, il faudrait d'abord faire ce travail d'acceptation, qui d'ailleurs ne serait même plus un travail, avant de vivre l'éveil de nos capacités. Au delà d'éviter cette ignorance massive à leurs sujets, c'est aussi et surtout, accepter ce que nous sommes dans notre entièreté, que nous sommes tous médiums, accepter nos sens médiumniques comme quelque chose de tout à fait normal, parce que c'est exactement ce que c'est : Normal. C'est nier cette normalité, cette réalité de ce que nous sommes, qui est en réalité anormal, et qui ne fait qu'engendrer bon nombre de déséquilibres, contre lesquels nous sommes tous contraints de lutter au quotidien.
C'est pour ça que j'en arrive à la conclusion que, si nous vivons mal l'éveil de nos capacités lorsque nous sommes adultes, et que celles-ci on parfois un faible début, ça peut venir grandement de notre société, plus que de nous mêmes. Nous évoluons, et ce depuis notre plus tendre enfance, dans un monde où la médiumnité, l'ésotérisme, sont davantage des trucs d'illuminés que des capacités propres à chacun. Nous vivons dans un monde où l'humain ne se connaît pas, et même se renie. Je pense sincèrement que ça a une influence sur le développement des capacités, et peut expliquer quelques débuts lents, plutôt qu'entiers. Comment accepter les capacités, bien vivre leurs éveils, dans une société qui vous rabâche que vous êtes un illuminé dans le meilleur des cas, un parfait abruti (pour rester polie) dans le pire ?
Ce qui expliquerait, selon moi, même si pas forcément de façon systématique, que les enfants aient parfois tant de facilité : Ils ne sont pas encore soumis à cette société, à ses normes stupides, ils ne sont pas encore mis dans les moules qu'elle a créé pour eux. L'acceptation se fait donc plus facilement et la capacité peut donc, potentiellement, se manifester plus facilement dans son entièreté.
Mais, je pense également qu'un faible début ne peut pas forcément être qu'un blocage du à notre environnement. C'est aussi une naissance, un peu à notre image, par exemple. Nous naissons bébé après avoir été foetus, et nous grandissons. Je pense qu'il en est de même pour nos capacités aussi, de façon assez logique : Elles naissent avec nous et grandissent, peuvent donc se manifester doucement, un peu comme nous apprenons à manger et marcher, avec bien entendu l'environnement qui peut jouer un rôle.
Tout n'est donc pas, selon moi, forcément l'un ou l'autre. Les capacités naissent avec nous et évoluent en fonction de plusieurs facteurs, qui sont ceux que je viens d'exposer, et il y en a peut être même d'autres que je comprendrais avec le temps, puisque je creuse en permanence. C'est avec plaisir que je partagerai mes petites théories ici.

L'acceptation de cette capacité consiste à vous dire la même chose que pour la clairaudience : Vous n'êtes pas fou. Voir un esprit, une aura, c'est normal. Cependant, là encore, je vous invite tout de même à prendre soin de vous : Faites des visites et des bilans complets chez votre médecin de façon régulière, afin de non seulement vous surveiller parce que c'est important, mais aussi afin d'avoir simplement conscience que vous allez bien. Le fait de savoir que vous allez bien peut vous aider à mieux vivre l'arrivée de la clairvoyance, puisque votre bonne santé sera un élément important auquel vous raccrocher.

La clairvoyance peut être développée. Elle est en vous quoi qu'il arrive, il faut juste la sortir de son lit. Et si elle dort profondément, il va falloir, parfois, travailler plus dur que d'autres, pour la faire se lever.
Commencez déjà par accepter que vous puissiez voir. Il faut ensuite vraiment vouloir voir, car si vous ne le voulez pas vraiment, vous pouvez vous bloquer vous-même. Ce blocage peut engendrer de la frustration, qui elle-même engendrera d'autres blocages. Un cercle vicieux dont il ne sera pas simple de sortir. Si vous le souhaitez vraiment, faites tout de même preuve de patience envers vous même. Vous brutaliser, trop attendre de voir, engendre aussi des blocages. C'est une chose qu'on retrouve partout : Combien de femmes ne parviennent pas à tomber enceintes parce qu'elles sont trop focalisées sur leur désir de grossesse ? Le excès ne sont jamais bons.
Faites des exercices, comme des exercices pour voir les auras, par exemple. Je vous écrirai un article sur cet exercice dans les jours qui viennent si vous voulez.

Je pense vous avoir donné toutes les clés concernant la clairvoyance. N'hésitez pas à me poser vos questions en commentaires, si vous en avez. 

citrouille14