Le titre de l'article peut sembler excessif, mais pourtant, il existe bien une dépendance à la divination, que ce soit en tant que consultant, ou en tant que praticien. 

La divination est un excellent moyen de répondre à nos questions, de nous rassurer. Elle permet de calmer les angoisses, les craintes diverses. Cependant, avant de prendre notre tarot ou notre oracle, il est important de faire d'abord un travail sur nous même, autrement que par le biais des cartes. 

La peur du futur. Si la voyance, la pratique de la divination, relève parfois de la simple curiosité, même de l'amusement pour certains, il s'agit d'une réelle peur de l'avenir pour d'autres, qu'elle soit importante ou non. Au delà de la guidance qui elle, est là pour vous aider à prendre une bonne décision concernant votre entreprise ou un investissement immobilier, il existe une vraie crainte du futur, un manque de confiance en soi, qui conduit à vouloir tout savoir de son avenir. 

~~~~~~
Devons nous tout savoir de notre avenir ?

Lors de mes consultations, aussi incroyable que ce soit, je suis parfois contrainte de freiner certaines volontés. Il pourrait sembler qu'il s'agit de ma part d'une petite folie, puisque de cette façon, je m'assois parfois joyeusement sur une potentielle consultation. Seulement, il y a le travail certes, mais il y a aussi l'éthique. 

Pour ma part, je suis une adepte de la voyance et la pratique de la divination certes, mais aussi de la magie. Je ne parle pas ici de rituel visant à obtenir quelque chose, pratique que je n'encourage d'ailleurs pas, je suis une inconditionnelle de la méritocratie et non d'une quelconque passivité, pour ne pas dire d'une fainéantise.
Je parle de la magie de la vie. De ses surprises et autres cadeaux. Et ça, la divination à outrance peut tout simplement nous en priver.

Le domaine affectif et le domaine professionnel restent les sujets les plus récurrents dans les consultations. C'est normal, car ce sont tous simplement les préoccupations principales dans l'esprit de tous, de façon générale. Le besoin de s'épanouir professionnellement et d'assurer son quotidien, et ce besoin humain d'être avec quelqu'un, d'aimer et être aimé de façon sincère, entière et durable. 

S'il est utile d'être rassuré, par exemple, sur le fait qu'on ne vas pas rester seul toute sa vie, je ne pense pas, en revanche, qu'il soit bon d'avoir une date précise de rencontre, de connaître même des détails physiques concernant la personne en question. Je pense qu'il faut simplement se dire qu'on ne va pas rester seul, et laisser la vie vous offrir cette rencontre. 
La rencontre implique bon nombre d'émotions. Il y a ce début. Ce début qui est une émotion à part entière. Cette émotion qui fait que vous êtes sur un petit nuage, la découverte de l'autre, les sentiments qui naissent et s'intensifient. 
Savoir que vous allez rencontrer quelqu'un ne vous empêche pas de le vivre. Mais je pense qu'un détachement est nécessaire, pour tout simplement ne pas risquer une chose importante : Se priver de vivre. 

Le lâcher prise.

Trop savoir, et aussi le fait de ne pas lâcher prise, empêchent de vivre normalement. On est à l'affut de tout, mais également et surtout, déçu de beaucoup. Il est possible, par exemple, de se priver de vivre une belle amitié, ou d'une belle histoire même courte, juste parce qu'on ne va pas reconnaître l'élu(e) apparu(e) dans le (et surtout les) tirage(s) lors d'une rencontre. 

Vous pouvez également risquer, si c'est sur le plan professionnel, de vous priver d'une expérience temporaire qui pourrait vous être profitable pour le travail qui vous attend, si vous êtes trop focalisé sur ce dernier.

Il est très important de comprendre qu'un tirage ne va pas raconter votre vie entière. Ce serait trop simple. Tout ne ressort pas forcément dans un tirage. D'où l'importance de ne pas s'empêcher de vivre, car ce n'est pas parce que ça n'apparait pas, que ça ne doit pas être vécu, que ces expériences ne sont pas riches ni importantes.

Tout savoir, ou en tout cas trop savoir de votre avenir n'est pas une chose positive. Il faut bien réaliser une chose : Vous avez un cerveau et des émotions. Vous avez votre libre arbitre aussi. Votre vie, même si elle n'est pas simple, reste porteuse d'enseignements dont vous avez besoin. 

Se tromper. Le gros mot, je sais.

Mais se tromper, c'est humain. Il ne faut pas diaboliser l'erreur, car elle fait partie intégrante de notre condition. L'erreur permet l'évolution. Faire des tirages pour les grandes décisions est judicieux, pour être guidé aussi, mais laissez-vous aller à tenter des choses, à suivre votre coeur et votre instinct, et apprenez de vos actes. 

J'ai commis bon nombres d'erreurs avant d'être là aujourd'hui. Et pourtant, j'en ai eu des tirages qui me disaient que j'allais trouver ma voie ! Mais j'ai choisi d'avancer avec mon coeur et ma cervelle. Pas avec des tonnes de tirages qui devaient me dire ce que je devais faire. C'est d'ailleurs amusant, de refuser de se servir de ses outils, pour finir professionnelle de la voyance...
Ce qu'il faut comprendre, c'est que sans elles, sans ces erreurs, je ne serais jamais arrivée là aujourd'hui. Parce qu'elles m'ont tellement appris. Sur moi, sur les autres, sur tout. Ce sont ces erreurs qui font que je peux faire mon travail correctement et m'épanouir dedans. J'ai pu construire mon éthique, choisir à qui m'allier ou non. L'apprentissage a été dur, mais au final, il a ce côté merveilleux qui fait que je recommencerai sans hésiter, plutôt que de choisir une voie plus facile.

Savoir des choses, être guidé, rassuré, oui. Mais, ensuite, laissez-donc la vie vous offrir ses cadeaux, et surtout, prenez-les pour ce qu'ils sont. Profitez-en. Laissez vous aller.
Réfléchissez réellement et en profondément et tentez. Si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas, ne croyez pas que vous avez perdu ou que le tirage ne se réalisera forcément pas derrière. Vous avez juste une opportunité d'apprendre, que ce soit pour recommencer mieux ou ailleurs, pour simplement gagner en expérience, en réalité.

En clair : Faites-vous confiance, ayez confiance en ce que le tirage premier vous a dit, et vivez.

~~~~~~
Suis-je dépendant(e)s de la voyance ? 

Laissez-moi vous aider à voir si oui ou non, vous êtes un petit peut trop accrochés à vos outils divinatoires si vous êtes un praticien (professionnel ou non), ou si vous êtes simple consultant. Bien entendu, vous verrez qu'il s'agit surtout de dosage, de fréquence, d'attitude et de soucis au niveau de ce qui est éprouvé face à la divination.

Les questions tests sont relativement simples :

- Est-ce que vous passez votre temps sur vos outils divinatoires pour tout savoir sur tout ?
- Est-ce que vous consultez pour tout et n'importe quoi, professionnels ou plateformes, au point de dépenser des sommes colossales ?  

Il peut y avoir plusieurs causes : La fainéantise, et/ou le manque de confiance en soi, la mauvaise foi, la non acceptation de sa propre nature aussi, quelque part, la peur de l'avenir, dans lequel on a pas confiance. Peu importe la forme que ça prend, il y a un malaise quelque part, mais il vous faut identifier le votre pour le régler. 
Dans mes consultations, ce que je vois en grande majorité, est un problème de confiance en soi. 

Qu'on soit un praticien ou un consultant, le manque de confiance en soi reste parfois le coeur du problème et il se manifeste de différentes façons. On va parfois se dire qu'on a juste peur. C'est ce manque de confiance qui va souvent provoquer la répétition excessive des tirages pour un seul et même sujet, le fait de vouloir tout savoir dans les moindre détails à outrance pour être rassuré, tirer les cartes pour tout et n'importe quoi plusieurs fois par jours pour là aussi vouloir se sentir plus en confiance ou être moins effrayé (et ça ne marche pas, évidemment, sinon il n'y aurait pas d'acharnement) la consultation trop fréquente d'un professionnel, voire même la dépendance aux platerformes de voyance, allant parfois jusqu'à engendrer des problèmes d'argent, et dans les cas les plus graves, le surendettement.
Ce manque de confiance en soi fait se voir comme étant incapable d'avoir de bons résultats, et ce, à tous les niveaux. On a peur et il peut s'agit de plusieurs choses, de finir seul par exemple, on peut penser ne pas pouvoir réaliser un projet professionnel parce qu'on ne se perçoit pas comme étant compétent. La peur de la vie à outrance, où il est évident qu'on ne se perçoit pas véritablement comme un gagnant.

Le but de toutes ces consultations des cartes, sera au final de toujours être rassurés, peu importe l'origine et la nature de la crainte de départ, et la déterminer est possible en étudiant au cas par cas. Mais selon moi... Peu importe cette crainte, on trouvera toujours le manque de confiance en soi qui en a découlé à un moment donné. 

Il faut se poser les bonnes questions.

- Vous n'avez pas confiance en vos tirages : Pourquoi ? 
- Vous ne parvenez pas à écouter le professionnel : Pourquoi ? 
- Vous avez peur de l'avenir : Pourquoi ? 
- Vous ne vous sentez pas capable (peu importe de quoi) : Pourquoi ? 

Oui... Elle est pénible Tata Angellyca avec ses "Pourquoi". Mais c'est pourtant ça la question. Pourquoi vous en êtes là. 

Et à ça, il ne faut pas se contenter de répondre "Je ne sais pas", et d'en rester là. Même si sur le moment, vous le pensez vraiment, et c'est normal, on ne peut pas avoir conscience de tout, ce serait trop facile, et je vous avoue volontiers que je préférerais que ce soit parfois si simple. Mais c'est un fait, il y a une cause. Elle peut remonter à quelques petites années, ou à votre enfance aussi. Il faut la trouver.
Il faut la trouver, parce qu'elle engendre votre manque de confiance en vous, votre peur de la vie, et elle vous empêche de vivre. 

Lorsqu'il s'agit de fainéantise, je suis moins sympathique, veuillez me pardonner. Pour le manque de confiance en soi, la peur et tout ce que vous voulez, je serai toujours dévouée, je chercherai toujours à aider. Mais pour la fainéantise volontaire et établie, je suis aux abonnés absents. 
La vie doit être vécue, malheureusement dans toute son ambivalence. Ses joies, ses douleurs, ses apprentissages difficiles. Un tirage n'est pas là pour vous dire où aller travailler parce que vous ne voulez pas accorder quelques heures à cette réflexion pourtant capitale. Les cas de fainéantise sont très rares, cependant. Mais ils existent. 
Ou alors, ils ont lu mon blog et il n'osent pas venir me voir. mr green

La non acceptation de la nature humaine. On fait des tirages par crainte de faire des erreurs. Si il est normal de vouloir être guidés pour les choix importants qui impliquent de lourdes conséquences, il est aussi importants de se laisser aller à choisir, d'accepter de se tromper, d'arriver à se dire qu'on en retirera quelque chose. 

Vous devez garder votre cerveau actif. Être accroc à la voyance, la pratique de la divination, c'est mettre votre cerveau, votre réflexion en pause. C'est très mauvais, parce que vous devenez tout simplement incapable de réfléchir, le jour où vous devez décider de quelque chose, vous prenez vos cartes ou consultez. Il faut être prudent, parce que vous en arriverez à ne plus être capable de choisir un canapé sans tirer les cartes. Ça a l'air drôle sur le papier, mais ça ne l'est pas en réalité.

Lorsque tout ça atteint un niveau trop élevé, que vous ne parvenez plus à choisir, à décider, et dans les cas aux conséquences les plus graves, que vous vous ruinez, je ne conseille en aucun cas une einième consultation que ce soit de vos cartes où d'un professionnel de la voyance. Je conseille d'aller voir un psychologue. 

Il ne s'agit pas de folie, trop nombreux pensent à tort qu'il faut être fou pour aller consulter. Il s'agit de laisser un professionnel vous aider à comprendre ce qui ne va pas et régler le problème, pour vous sentir mieux.

Vous sentir mieux, c'est ne plus vous endetter, c'est recommencer à penser, et à choisir, à ne plus avoir une peur démesurée de la vie. Donc n'hésitez pas, si vous voyez que ça va trop loin. Il n'y a pas de honte a être aidé, bien au contraire, en faire la démarche est une preuve d'intelligence, et même de force, d'ailleurs.

citrouille14