Je réfléchis, depuis quelques temps, à diverses petites choses que l'on peut voir dans notre communauté, plus précisément dans la pratique de la voyance. Les notions de dons, de bénévolat, et le fait de se faire payer en demandant un véritable salaire, le fait d'être professionnel ou non et la raison de ces prises de décisions. 
J'y réfléchis parce que j'aime être logique, être au clair avec ce que je suis. Ces notions diverses que sont les dons et autres bénévolats, le professionnalisme, impliquent pas mal de choses. J'ai donc eu envie de décortiquer afin d'expliquer ma vision des choses. 

Je ne vais pas me faire des amis. Mais je n'aime pas les choses telles que la manipulation, la malhonnêteté. Bien que, je préfère le dire, j'ai conscience que tout le monde n'est pas dans les cas de figure que je vais traiter ici. Je n'ai pas pour habitude de mettre tout le monde dans le même panier.

~~~~~~

Le Don. 

Le fait de donner quelque chose, en échange d'une consultation. Il est souvent dit "je fais et vous donnez ce que vous voulez". Sauf qu'à mes yeux, ça n'est malheureusement pas logique. La notion de don étant de donner, ça ne se demande tout simplement pas, puisque la définition même du don est de ne pas attendre ni demander quoi que ce soit en échange. Le don, vient de la personne qui donne et ça ne doit pas impliquer une quelconque forme de contrainte. Le fait de demander de donner pour moi, c'est de demander une contrepartie, une forme de salaire. Ça n'est donc plus un don, c'est la demande d'une rémunération en échange d'un service. Autant demander un salaire, tout simplement, ça me semble plus clair et sensé, finalement. 

Je trouve même, pour être honnête, que c'est assez manipulateur, dans le principe. Car lorsque la personne vient vous voir et que vous lui dites "tu donnes si tu veux", ou "tu fais quelque chose si tu veux", il y a fort à parier que la personne va tout simplement se sentir obligée de donner ou de faire, car elle sera mal à l'aise avec l'idée de ne rien pouvoir faire en échange de votre "service gratuit", qui ne l'est finalement pas, au bout du compte.
Et malheureusement, au risque de paraître quelque peu désagréable, beaucoup, la grande majorité même, en ont parfaitement conscience, ce qui rend la chose d'autant plus dégoûtante à mes yeux, alors que je peux tout à fait comprendre à l'inverse, quand ce n'est pas fait exprès par une toute petite minorité de personne ayant tendance à avoir un esprit un peu Bisounours, ça arrive. 

 

Le Bénévolat.

La définition du bénévolat est assez claire : Il s'agit d'un travail ou d'une aide apportée sans obtenir de rémunération d'aucunes sortes. Donc, lorsqu'on est bénévole, on ne demande tout simplement pas "de dons", de salaires, de contreparties. On travaille, en échange de rien, si ce n'est une satisfaction personnelle du devoir accomplit. Il ne peut, là encore pas y avoir de bénévolat si on demande des dons, c'est assez illogique dans le principe. Mais là encore, beaucoup ont conscience de la démarche entreprise. 

Le bénévolat, tout comme le don d'ailleurs, sont finalement des choses que je comprends, dans le principe parfaitement nobles, à condition qu'elles soient tout simplement établies clairement, exercées clairement, et qu'elles ne soient pas entachées de manipulation. Nombreux sont les gens, dans notre communauté, à se servir de la notion d'éthique pour expliquer qu'ils refusent un salaire alors que ça ne répond à aucune logique (j'en parle dans cet article), qu'ils offrent des choses, pour finalement demander un don ou suggérer ce don ou un potentiel service. Donc finalement, on veut de l'argent / un service, où on en veut pas ? Car c'est ça finalement, la question véritable.
Et il serait plus honnête de l'établir franchement, au lieu de manipuler les gens pour ensuite parler d'éthique, une éthique qui à mes yeux, est finalement particulièrement douteuse, pour ne pas dire inexistante.

On veut de l'argent, on en veut pas ? On veut un service, on n'en veut pas ? Oui, non ?  icon_lol

Finalement, prétendre être bénévole, préntendre offrir, mais manipuler pour que les gens donnent ou fassent quelque chose en échange... J'appelle ça de l'arnaque pure et simple.

 

Le professionnalisme.

Le soucis que j'ai parfois avec la notion de professionnel de mon métier, est que le sujet est souvent traité par des gens qui ne le sont pas, et qui ont donc une notion totalement faussée de ce qu'est être un professionnel de la voyance. Sans méchanceté aucune, je pense que seuls les professionnels peuvent parler de leur métier et de ce que ça implique, car eux seuls le vivent et que les "bénévoles" se contentent de parler de ce qu'ils vivent et évitent d'extrapoler. Car finalement, pour vous expliquer mon raisonnement, c'est comme si un infirmier allait parler de ce que c'est que d'être chirurgien. Comment le pourrait-il, alors qu'il n'a aucune idée de ce que l'autre vit ? Entre être bénévole et gérer une entreprise, il n'y a strictement rien de commun.
Le principe, malheureusement et je le déplore, est surtout de discréditer les professionnels de la voyance pour s'attirer leur clientèle. Encore une fois, c'est assez malhonnête, c'est prendre les gens pour des imbéciles et les manipuler bien gentiment.

Puisque je suis donc professionnelle, je vais vous expliquer en quoi consiste le fait d'être un professionnel.

Le fait de prendre conscience que se faire payer n'est en rien dramatique est important. Ça implique d'avoir conscience du rôle de l'argent, de ce qu'il est. Dans l'article que je vous donne plus haut, j'explique justement toute cette notion qui est la mienne. Il ne sert à rien de diaboliser le fait de gagner sa vie au travers de la voyance. C'est comme travailler dans une boulangerie ou un garage, la profession, et seulement la profession diffère. Personne ne diaboliserait le boulanger du coin, ni même le médecin du coin parce qu'ils gagnent tous deux de l'argent. 

Le fait de critiquer les professionnels de la voyance tient juste au fait que rien n'est compris de ce point de vue là, en plus du fait qu'on cherche, généralement, à s'approprier leur clientèle sans faire l'effort de travailler. On parle de complaisance, voire même de mensonges. Il est très courant de véhiculer que parce qu'un professionnel est payé, il va vous mentir pour vous garder, tenant à son salaire. C'est bien mal connaître le métier, et c'est même ne pas avoir compris le principe de la voyance et de la divination. Oui, ça va jusque là.

Le salaire ne joue aucun, absolument aucun rôle dans la consultation. Si le salaire joue un rôle dans le sens où il vous pousse à ne pas être franc, bien ma foi, c'est le signe, malheureusement, d'un non professionnalisme et d'une méconnaissance même de ce en quoi consiste la voyance et la pratique de la divination. Et ceci est valable pour le boulanger et le garagiste, finalement. 
Si vous connaissez votre métier, le salaire ne joue aucun rôle, si ce n'est dans le bon sens. Peu importe ce que vous avez à dire. Si, comme les plateformes de voyance vous vous dites que tout ne peut pas être dit, et qu'il vous faut être gentil pour garder vos clients, alors vous ne pouvez pas être un professionnel. Je vous déconseille même de pratiquer pour les gens tout court, malheureusement. 
Je ne suis pour ma part, jamais complaisante, mais jamais je n'ai refusé de répondre, à part pour les questions de santé car je ne suis pas médecin et que c'est tout simplement illégal, jamais je n'ai dit autre chose que ce qui doit être dit. Mais lorsqu'on est professionnel, on sait le faire, tout simplement. C'est ça, être un professionnel, justement. Le professionnalisme, c'est connaître, maîtriser et faire son travail, ce n'est pas de trouver des solutions pour ne pas remplir son devoir de professionnel, c'est de justement savoir y faire face avec éthique, honnêteté, et bienveillance. Trouver des solutions pour ne pas être un pro, c'est anti professionnel du début à la fin. Ça en revient à dire que pour être pro, bien il ne faut pas être pro. Donc on est pas pro, CQDF.
On sait, quand on est un vrai professionnel, faire ce métier, sans tenir ce discours atroce "je te l'avais dit", presque comme un "c'est bien fait pour toi si je te fais mal", alors que la responsabilité réelle de cette douleur, est celle de celui qui répond. Bien entendu des gens n'acceptent pas les réponses apportées, mais ça ne justifie en rien la brutalité gratuite d'un tel retour. A mes yeux, ce type de réponse est un manque total de compassion et d'humanité, et surtout, le signe d'une parfaite incompétence. Le salaire n'a jamais impliqué aucune complaisance, ni aucune brutalité. Pas quand on a compris ce qu'est ce métier. Le salaire implique ce genre de choses seulement pour ceux qui ne connaissent pas ce travail et ne devraient donc pas l'exercer, finalement. Je leur conseillerait aussi, en toute bienveillance, de davantage réfléchir à ce qu'est la voyance et la pratique de la divination, car de toute évidence, ce n'est absolument pas maîtrisé. Le fait d'être payé ne pousse pas à être gentil pour garder sa clientèle, il pousse à bien faire son travail avec tout ce que ça implique, nuance. 

C'est là en toute sincérité, que je déplore le fait que finalement, tout le monde puisse arriver sur la toile du jour au lendemain et prétendre pouvoir tirer les cartes pour les autres, alors qu'ils ne savent même pas expliquer un tirage sans anéantir celui qui le demande, et en plus en trouvant ça normal. C'est totalement irresponsable. Ces gens là se fichent donc t-ils d'avoir des suicides sur le dos ? En face, il y a des gens, avec leur sensibilité, ils sont en souffrance, ils sont en attente d'une lumière au bout du tunnel. Ça ne peut en aucun cas, jamais, être minimisé. Apprendre une nouvelle grave, répondre par la négative à un sujet douloureux ne se fait pas en se disant "je l'avais prévenu", c'est bien trop facile et tout simplement monstrueux. 
Cette profession qu'est la voyance est une profession lourde, difficile, les bons côtés ne sont qu'une petite partie visible de l'iceberg, et ceux qui n'en ont pas conscience ne sont que des dangers publics à fuir de toute urgence. Si des gens ne sont pas prêts à faire ce travail sans se dédouaner lamentablement de ce qui peut arriver, sans se dédouaner de ce qui peut être éprouvé et ressenti par leurs fautes, qu'ils laissent donc la place aux véritables professionnels qui connaissent leur travail dans toute sa profondeur, au lieu de les discréditer pour s'attirer leurs clients, avec un discours qui ne ressemble à rien et qu'ils véhiculent bien volontiers parce qu'ils ne sont, surtout, pas assez courageux pour travailler vraiment dur et se construire seuls. 

Je déplore que le ménage dans notre milieu ne puisse pas être fait. Vraiment je le déplore et j'ai honte. Et par voie de conséquence, je comprends mieux que nous soyons si mal vus, avec de tels incompétents libres de pratiquer et de faire souffrir des gens en toute impunité. 
J'ai conscience d'avoir été assez désagréable, finalement, au cours de cet article. Mais comment pourrais-je réagir face à tant de malhonnêteté et de malveillance ? De mépris des autres et de leurs sentiments ? Ce métier compte pour moi, il est quelque chose de très entier et complet, et qu'on le croit ou non, de très difficile au quotidien, qui est souvent mal compris. Les émotions des autres, ça ne part pas comme ça de votre coeur. Quand vous faites vraiment ce métier, par vocation et pas pour l'argent et la notoriété (si vous ne le faites que pour ça, vous allez vite vous rendre compte d'une drôle de réalité, essayez plutôt la nouvelle star) si vous n'êtes jamais touchés, si vous n'êtes jamais sensibles à rien, posez-vous des questions, sincèrement.
Je ne supporte pas que ce métier soit salit de cette façon par des gens qui finalement, ne savent rien du tout et brillent par leur bêtises en tentant de manipuler les gens.

On ne ment pas. On ne manipule pas. On ne triche pas. Si on est incapable d'être l'inverse de ça, qu'on abandonne.