Le Théatre Royal Drury Lane - Blog ésotérique Samhain Sabbath

Le Théatre Royal Drury Lane 2- Blog ésotérique Samhain Sabbath

Drury Lane. Londres, Angleterre.

Le Théâtre Royal Drury Lane a été construit en 1663. Il fait parti des édifices, à n'avoir jamais changé de fonction depuis sa construction. Il a toujours été, et est toujours un théâtre.
Il est cependant resté vide, pendant une vague de peste, puis à cause du célèbre incendie, qui ont eu lieu lors de la seconde partie du XVIIème siècle.
Le théâtre fut ravagé par le feu à la fin de l'année 1665, puis une seconde fois en 1809. C'est en 1665, que Charles II vit Nell Gwynn pour la première fois, et en tomba immédiatement amoureux.

Une foule en colère envahit le théâtre en 1737. Il subit une seconde émeute en1780. Ayant subit donc, une fois de plus, de graves dommages, il fut placé sous la garde de soldats, chaque soirs, jusqu'en 1896.
En 1800, le théatre fut aussi le lieu d'une tentative d'assassinat. James Hadfield, tout juste renvoyé de l'armée, tenta d'abbatre le Roi George III, alors que ce dernier se trouvait dans la loge royale.

Un Irlandais, Charles Macklin, fut un des acteurs de théâtre les plus brillant et célèbre du XVIIIème siècle. Il eu une vie longue, puisqu'on raconte qu'il serait mort à l'âge de 107 ans. Aussi grand dans ses performances théâtrales qu'il fut, il n'en restait pas moins un homme odieux et particulièrement violent. Au cours d'une simple dispute au sujet d'une malheureuse perruque, il creva l'oeil de son partenaire de scène, Thomas Hallam, avec un bâton pointu. Thomas Hallam n'a pas survécu a cette blessure. Charles Macklin, quant à lui, n'a jamais été condamné pour son crime.
Des personnes racontent avoir vu le spectre de Charles Macklin, piégé sur la scène du crime qu'il a commit, le visage repentant et triste, ridé et disgracieux.

La vision la plus courante, mais aussi l'une des plus douces, est celle d'un homme majestueux et bienveillant. Il a été nommé "L'homme en gris", tout simplement. Sa douceur dégagée et ses bons présages, font sa réputation. Car en effet, cet homme charmant du XVIIIème siècle, vêtu d'une cape grise, portant une épée à la ceinture et étant chaussé de bottes d'équitation, n'apparait aux membres de troupes de spectacles que lorsque la pièce jouée, promet d'être une réussite. Ses apparitions ont été nombreuses, mais jamais, il n'est apparu avant un échec.
Ses bons présages, fortement attendus, étaient tellement appréciés par les professionnels du théâtre, que lorsqu'un exorcisme a été proposé, l'offre a été poliment déclinée.
Il déambulait le long des rangées du second balcon et dans le théâtre, avant de disparaître à travers un mur. Parfois, il a préféré s'asseoir dans un fauteuil, en silence, à regarder les répétitions. Une femme de ménage raconte l'avoir vu, un matin à 10 heures, en 1938, assis dans un fauteuil du deuxième balcon, au quatrième rang. L'année suivante, 6 spécialistes et enquêteurs du paranormal le virent dans ce même fauteuil.
En 1939, il fut aperçu par 50 membres d'une troupe de spectacle, celle du spectacle d'Ivor Novello, The Dancing Years, alors que ceux-ci posaient, sur la scène, pour une séance photo, avant la première.

A la fin du XIXème siècle, une découverte macabre porta un éclairage nouveau sur l'indentité de celui qu'on avait surnommé affectueusement "L'homme en gris". Souvent, les actes des fantômes ont un sens. C'était le cas de cet homme. Derrière le mur au travers duquel il disparaissait toujours, se trouvait une pièce oubliée. Abandonnée et condamnée. Dans cette pièce, gisait un squelette portant des fragments de ce qui semblait être de la soie et du satin gris, datant du XVIIIème siècle. Le poignard qui avait tué cet homme que tout le monde trouvait si charmant une fois décédé, était encore logé dans sa cage thoracique.
Pas de nom..... Juste un homme charmant, en gris, qui a choisit de n'apporter que de douces nouvelles aux vivants, en profitant de leurs performances théâtrales, qui avaient probablement bercées sa vie, jusqu'à ce qu'elle soit brusquement achevée.

Des acteurs ont parlé d'une autre présence. Des actrices des années 40 Betty Jo Jones, et Doreen Duke, engagées dans des spectacles différents, ont toutes deux affirmées que leurs interprétations avaient été meilleures, parce qu'elles s'étaient senties dirigées par une âme bienveillante, et aussi par des mains qui les dirigeaient en tirant avec douceur sur leurs jupes. Les experts du théâtre, ont pensé qu'il s'agissait probablement du Grand Joe Grimaldi, réputé pour être d'une grande générosité et bienveillant, et qui avait offert sa dernière prestation sur la scène du Drury Lane.

Dan Leno, mort au début du XXème siècle, est un autre grand acteur à avoir été sur cette fameuse scène. Il a très longtemps souffert de problèmes de vessie, et avait prit l'habitude de se parfumer à l'huile de lavande, afin de masquer les éventuelles odeurs. De nombreux acteurs ont signalés sentir soudainement une douce odeur de lavande, dans les coulisses du théâtre.
Un soir, Stanley Lupino, épuisé après un spectacle, se reposant dans sa loge, eu le sentiment de ne pas être seul et entendit le bruit d'un rideau invisible qu'on écartait. Lorsqu'il se mit devant son miroir pour ôter son maquillage, il vit, dans son dos, le reflet du célèbre Leno qui le regardait fixement. Stanley Lupino apprit plus tard qu'il occupait la loge du célèbre acteur disparut.

Charles II lui même, honora le théâtre de sa fantomatique présence, accompagné de sa suite royale, alors que le spectacle Oklahoma ! était donné.

Bien que le Théâtre Royal Drury Lane ait été le lieu de drames, seules de douces manifestations ont lieu. Même le plus odieux d'entre eux a choisit de rester doux et de ne manifester que du regret pour son acte.
Qu'on soit mort ou vivant, le théâtre reste un lieu de magie, d'élégance et d'enchantements.....