Nous en arrivons donc à ce sens médiumnique dont je semble être dépourvue : Le Goût.

Cependant, ne pas l'éprouver, ne pas pouvoir l'utiliser, ne veut pas dire tout ignorer du sujet. C'est donc un article qui sera davantage théorique, sans l'expérience personnelle que je peux ajouter lorsqu'il m'est possible de le faire.

Je pense que le sens médiumnique du goût est très rarement, ou est peu développé chez la plupart des médiums. Il est très simple de faire cette observation : Personne n'en parle. Ceux qui en parlent ne sont, le plus souvent, que des médiums ayant fait des recherches sur le sujet.
Rares sont les médiums expliquant avoir eu un goût dans la bouche qu'ils n'expliquaient pas véritablement, parce que ledit goût n'avait pas de lien avec ce qu'ils avaient mangé ou bu. Lorsque le goût est reconnu, il n'a, le plus souvent, pas d'autre explication qu'une origine alimentaire, ou un éventuel problème de santé (estomac, dents, etc).

Pourtant, le sens physique du goût, qui sert à identifier et reconnaître (ce qui sont deux choses différentes) ce que nous mangeons ou buvons, à donc lui aussi, comme tous les autres, ce rôle quant à l'identification concernant les énergies.

Le goût, 5 saveurs primaires : Sucré, salé, amer, acide, umami (savoureux).
Selon Aristote, les saveurs sont le doux, l'onctueux, l'amer, le savoureux, le salé, l'aigre, l'apre, l'asteingeant et l'acide. 
Selon Carl Von Linné, il y a 10 qualités gustatives, que sont l'acide, l'amer, le gras, le doux, le sec, l'humide, l'astringeant, le sucré, le muqueux, l'aigre.
Bien qu'il s'agisse, parfois plus de sensations que de goûts, il faut en tenir compte puisque ça fait partie de l'indentité et que ça évoque donc quelque chose.

Le goût reste cependant propre à chacun. Parfois un citron sera amer pour quelqu'un, acide pour un autre, de même qu'il est possible de le manger pour certain et pas pour d'autres à cause du goût de celui-ci, ou plutôt, de la sensation qu'il laisse. 
Par exemple, j'adore le citron, mange des choses au citron, mais suis incapable de le manger tel quel, étant trop acide pour moi. Ce n'est donc pas son goût qui me gêne, mais la sensation qu'il me laisse. Il faut donc distinguer la sensation et le goût, mais tenir compte des deux puisqu'ils forment un tout.

Lorsque vous mangez ou buvez quelque chose, vous pouvez reconnaître ce que le plat ou la boisson contient. De même que l'eau, aussi bête que ce soit, est identifiable.
Cependant, force est de constater que tout le monde n'a pas un sens du goût très développé, il faut également tenir compte du fait que celui-ci, tout comme les autres, peut s'altérer avec l'âge. D'autres facteurs peuvent altérer grandement vos sens physiques, comme le tabagisme par exemple. Après un arrêt du tabac, et je parle en connaissance de cause, la vue est plus nette, le goût et l'odorat sont de meilleure qualité. 

Ayant été cuisinier pendant de nombreuses années, on pourrait penser que mon sens du goût doit être génial. C'est le cas. Je suis capable d'analyser un plat en le goûtant. Mais sur le plan médiumnique, c'est zéro pointé. Je n'ai rien, jamais.
Il ne faut pas oublier que votre sens du goût est lié à l'odorat, au toucher et à la vue, et même à l'ouïe, d'une certaine façon. Il est donc tout à fait logique de penser que vous allez tout simplement reconnaître très vite au goût ce que vous avez d'abord vu, senti et touché, ou dont vous avez entendu le nom. 
C'est pour cette raison que, lorsque vous voyez des gens à qui on a bandé les yeux pour goûter un plat, ils seront, pour certains,  plus longs pour procéder à la reconnaissance des ingrédients. Ils sont privés de la vue, qui permet une reconnaissance bien plus rapide. Certains ne parviennent même, parfois, à ne pas les reconnnaître du tout, et ne reconnaissent le goût des ingrédient qu'après les avoir découverts avec leurs yeux, ou après qu'ils aient entendu leurs noms. D'où le fait que je parle de reconnaitre, et non d'identification première.

Les sens sont liés entre eux, et leur utilisation de façon individuelle n'est pas si évidente qu'on pourrait le penser. 

Le fait que mon sens médiumnique du goût ne soit pas prononcé, même inexistant s'explique très facilement : Je suis d'abord, toujours très concentrée sur ce que j'entends, puis vois. Aussi bien au sens matériel qu'au sens médiumnique. C'est pour cette raison que je suis en priorité, clairaudiente, puis clairvoyante. Je sollicite très peu le goût, hormis pour mon quotidien où je ne mange, le plus souvent et de façon logique, que des choses que je connais déjà. Rare sont les gens, à moins de toujours travailler en cuisine, qui goûtent de nouvelles saveurs chaque jours de leurs vies. 
Selon moi, vos sens médiumniques sont liés à l'utilisation de vos sens physiques. En analysant quel sens vous utilisez le plus au quotidien, vous verrez que sur le plan médiumnique, c'est le même sens que vous utilisez le plus. Tout est lié, toujours. 

Comme dit plus haut, ce sens est aussi utile à l'identification sur le plan énergétique. 

Certains goûts peuvent donc vous alerter sur la présence d'un esprit, ou d'une entité plus haute. L'analyse du goût va vous servir, parce que ce goût va vous évoquer quelque chose. Il peut s'agir d'informations sur son décès, tout comme sur son identité propre. Si ça ne vous évoque pas grand chose, il sera alors nécessaire de vous concentrer sur vos autres sens pour vous aider dans l'analyse de ce que vous sentez dans votre bouche. 

Les indications vont souvent être les mêmes que pour vos autres sens, celui de l'odorat en particulier, je pense, de façon logique. Par conséquent, si vous avez une odeur de sang, il est possible que vous ayez un goût de fer dans la bouche. Ça peut vous indiquer un décès par accident, une hémorragie lors d'une intervention chirurgicale, ou même un décès pour cause de maladie.

Lorsque vous avez un goût dans la bouche, en rechercher l'origine est important, parce qu'il a forcément une raison d'être, que vous la compreniez sur le moment ou non.
Un goût de fer ou de sang dans la bouche n'est pas forcément signe de la présence d'une identité, mais peut aussi être un signe d'un soucis de santé chez vous. D'où l'importance capitale de consulter régulièrement votre médecin pour vous assurez que vous allez bien, et de toujours envisager les pistes scientifiques, matérielles, avant de penser à ce qui fait votre existence de médium. Il ne s'agit pas de renier, de refuser, mais d'être prudent et rationnel. 

Pour travailler ce sens, sur le plan matériel, il vous suffit de creuser lorsque vous avez les aliments en bouche, de pousser pour analyser. Ça prend du temps bien entendu, mais ça reste faisable.
Ceci étant dit, gardez à l'esprit que ça ne garanti pas l'évolution de votre sens médiumnique du goût, bien que je vous le souhaite. 

citrouille14